Article des mois de Juillet/Août : Le Bilan de Compétences

DÉFINITION

Le Bilan de Compétences est une démarche volontaire du salarié qui souhaite faire un point sur sa vie professionnelle, d’analyser ses compétences, ses aptitudes et ses motivations, ou qui envisage une reconversion professionnelle. Il permet aussi de prendre conscience de ses freins pour mieux progresser.

Réalisé pendant ou en dehors du temps de travail, le Bilan de Compétences se déroule dans un organisme agréé de votre choix, qui garantit la totale confidentialité de la démarche.

  • Si le Bilan de Compétences se situe hors temps de travail, le salarié n’est pas tenu d’informer son employeur de la démarche.
  • Si le Bilan de Compétences se fait pendant le temps de travail, le salarié doit demander une autorisation d’absence à son employeur en précisant les dates, les heures et la durée du bilan, le nom et l’adresse de l’organisme (à adresser 2 mois avant la date de début du bilan). Votre employeur disposera de 1 mois pour vous répondre. Une absence de réponse de sa part vaut acceptation de la demande.

QUI PEUT BÉNÉFICIER D’UN BILAN DE COMPÉTENCES ?

  • Les salariés du secteur privé, en contrat à durée indéterminée ou déterminée
  • Les Demandeurs d’Emploi : la demande doit être faite auprès de Pôle Emploi, de l’APEC ou de Cap Emploi
  • Les salariés du secteur public (fonctionnaires, agents non titulaires…) : textes spécifiques mais des conditions similaires aux salariés du privé.

COMMENT FINANCER SON BILAN DE COMPÉTENCES ?

Selon votre statut, il existe différentes manières de financer votre Bilan de Compétences.

A compter du 1er janvier 2019, le Bilan de Compétences peut notamment être effectué dans le cadre du CEP (Conseil en Évolution Professionnelle) (sujet qui sera abordé dans un prochain article). Selon la nouvelle loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel : “le titulaire du compte est informé de la possibilité de s’adresser à un organisme de conseil en évolution professionnelle, préalablement à la décision de mobiliser ses droits pour effectuer un bilan”…

  • Les salariés peuvent financer leur bilan de compétences :

– Dans le cadre du plan de formation de votre entreprise (à l’initiative de l’employeur qui finance le bilan et avec l’accord du salarié).

– Par ses propres moyens.

– En utilisant son CPF.

– En prenant un congé bilan de compétences (si le bilan se déroule sur son temps de travail)(financement par son CPF ou par Opérateur de Compétences (OPCO) dont dépend votre entreprise).

Attention, le Congé Bilan de Compétences est ouvert aux :

  1. Salariés en CDI : vous devez justifier de 5 ans d’activité professionnelle salariée, consécutifs ou non, dont 12 mois dans l’entreprise actuelle
  2. Salariés en CDD : vous devez justifier de 24 mois d’activité salariée, consécutifs ou non, au cours des 5 dernières années, dont 4 mois de CDD dans les 12 derniers mois.
  3. Salariés Intérimaires : vous devez justifier de 5 ans d’ancienneté, consécutifs ou non, en qualité de salarié.
  • Les demandeurs d’emploi peuvent financer leur bilan de compétences :

– Grâce à Pôle Emploi et à son aide individuelle à la formation (AIF), votre conseiller pourra vous orienter et vous renseigner sur les différentes modalités.

– En utilisant son CPF.

– Par ses propres moyens.

COMMENT SE DÉROULE UN BILAN DE COMPÉTENCES ?

La démarche comprend obligatoirement trois phases. Le temps consacré entre chaque phase est variable selon les actions conduites pour répondre à vos besoins.

  • Une Phase Préliminaire :

La phase préliminaire d’un bilan de compétences doit permettre au bénéficiaire de confirmer sa démarche, de définir et d’analyser la nature de ses besoins et de l’informer sur les conditions de déroulement du bilan et les méthodes et techniques qui seront mis en œuvre.

En général, elle se décline en une séance de travail introductive d’une durée approximative de 2 heures au cours de laquelle sont présentées au salarié les conditions de déroulement et les différentes séquences du bilan (en d’autres termes, on y définit les règles du jeu). Elle permet aussi au consultant de délimiter les objectifs du salarié, d’évaluer son engagement (et de le sensibiliser à l’importance de son engagement personnel pour la réussite de cette démarche) et de choisir, avec lui, les méthodes et techniques d’évaluation et de restitution.

Suite à cet entretien il est généralement demandé au salarié d’entreprendre un auto-diagnostic sur son expérience professionnelle et personnelle. Des outils lui sont remis par le consultant à cette fin.

  • Une Phase d’Investigation :

La deuxième phase du bilan de compétences est une phase d’investigation. C’est clairement la phase la plus longue ; elle alterne entretiens et travail personnel. Au cours de cette phase, le salarié, avec l’aide de son consultant :

  1. Rassemble l’ensemble de ses connaissances en distinguant celles utilisées régulièrement de celles peu utilisées mais rapidement mobilisables (avec ou sans formation professionnelle)
  2. Essaie de détecter des savoir-faire et de les traduire en compétences
  3. Liste ses intérêts professionnels et personnels, ses aspirations et motivations personnelles
  4. Repère les activités dans lesquelles des développements peuvent s’inscrire
  5. Évalue la faisabilité des projets et les conditions de réalisation (formation professionnelle, notamment)
  • Une Phase de Conclusion :

Dernière étape du Bilan de Compétences, cette phase prend la forme d’un ou de plusieurs entretiens avec le consultant. Généralement, les résultats du Bilan de Compétences sont restitués au cours d’un premier entretien. Les entretiens suivants servent à bâtir le projet professionnel en évaluant les conditions de mise en œuvre. Lors de l’ultime entretien, le consultant remet au salarié un document de synthèse comportant obligatoirement :

  1. Les circonstances du Bilan de Compétences
  2. Les compétences et aptitudes du salarié au regard des perspectives d’évolution envisagées
  3. Les éléments constitutifs du projet professionnel ou du projet de formation professionnelle

Un Bilan de Compétences a une durée maximale de 24 heures et il est composé de plusieurs rendez-vous individuels. Ces 24 heures de suivi sont étalées sur 2 à 3 mois.